NOMAA

LIMOGES

Concours du TGI de Limoges

 

2011

MYA

 

SCAU Architecte mandataire-François Gillard

en Association avec : Samuel Neves

Maître d'ouvrage: APIJ

 

 

 

 

 

La justice est une «solidité fragile» à défendre et préserver par une attention continue aux valeurs de la démocratie et une veille permanente contre la tentation au retour à la loi du talion. L’indépendance de la justice est une valeur essentielle de la démocratie qui reste à défendre au quotidien.

La situation particulière du bâtiment, en retrait de la place, impose des choix esthétiques forts afin de répondre aux exigences de présence, de monumentalité et de pérennité auxquelles doit prétendre un édifice tel qu’un palais de justice.

La simplicité sculpturale du volume du bâtiment et l’ambiguïté de son échelle participent de cette intention, et ce malgré la modestie de sa taille : si le bâtiment s’offre dans un jeu d’ombres et de lumières captés par la subtilité des brises soleil, il reste d’une grande lisibilité, sobre et lumineux comme le blanc de son unique matériau de façade.

Celui-ci, adoptant tour à tour la limpidité d’un marbre de carrare, ou au contraire la fragile beauté d’un éclat de porcelaine, fait écho aux fondements de la justice, à la fois forte et précieuse, stable et fragile.

Tout en donnant une image de stabilité et d’autorité la justice doit être accessible à tout citoyen. Tout en inspirant le respect elle ne doit pas être intimidante et inaccessible.

Le palais de justice doit être un lieu d’autorité digne et un lieu d’arbitrage et de conciliation. L’ambiance doit être propice à la pacification des conflits.